TRAITEMENT ARCHIVISTIQUE


TRAITEMENT ARCHIVISTIQUE

 

Ensemble de procédures et des opérations d’évaluation, d’analyse, de tri, de classification, de classement, de description, d’indexation et de rangement des Archives .

Cette étape est le cœur du processus : 

  • elle va permettre d’analyser le fonds dans son contenu documentaire,  
  • Identifier les différents supports,
  • Comprendre la logique interne pour aboutir à un plan de classement.

 C’est une étape lente mais c’est une étape incontournable parce qu’elle va permettre d’évaluer les priorités des traitements à opérer, et d’avoir une approche budgétaire. Par exemple elle permet d’évaluer le temps de travail nécessaire au traitement documentaire, le matériel de conservation à commander, et de faire une première évaluation pour un projet de numérisation.

L’archivage dans son sens premier, c’est l’organisation intellectuelle des documents, faite en accord avec le principe de respect organique du fonds :

  • Respect de la provenance (identification du producteur de l’archive),
  •  Respect de l’intégrité du fonds, 
  • Respect de son ordre originel.

 Chaque pièce doit, dans la mesure du possible, être placée dans son contexte de création.

 Si aucun ordre ne semble présider, il faut être capable de proposer un plan de classement en suivant un ordre chronologique, géographique ou thématique. 

D’autre part, la multiplicité des matériaux peut imposer de séparer le fonds selon les supports. 

Dans tous les cas, l’archiviste doit conjuguer respect du fonds original et respect des usages de la conservation préventive.

La mise en place d’un service d’Archives impose le respect de missions fondamentales qui s’articulent l’une sur l’autre, plus. 

la mise en place des règles d’accès aux documents, en accord avec les différents droits en présence :

  • Droit d’auteur, 
  • Droit des archives, 
  • Droit au respect de la vie privée.

On se référera donc au Code de la Propriété Intellectuelle et au Code du Patrimoine, ainsi qu’au Code Civil pour le respect à la vie privée. Un suivi des débats et de la jurisprudence s’impose.